Aller au contenu principal

Sitarane (1858-1911)

Dans les années 1900, à La Réunion, le sud de l'île fait face à des crimes horribles empreints de magie noire. Trois hommes : Saint-ange, Fontaine et Sitarane, trois noms, mais un seul est resté dans l'histoire locale : Sitarane ...

... pourtant il n'était que le bras droit, le chef étant Saint-ange : un sorcier guérisseur. 


Sitarane débarque à La Réunion

Sitarane, de son vrai nom : Simicoundza Simicourba, débarque à La Réunion en 1889, il vient du Mozambique. Il est engagé chez un certain Mr Morange à Saint-Benoît, il y travaille la terre. Simicoundza est un personnage discret doté d'une carrure massive.


Deux après, il quitte son travail et fait des rencontres ...

En 1891, il quitte son travail illégalement sans autorisation, c'est là que Simicoundza devient Sitarane, nom d'emprunt qui lui permettra de circuler librement.

Entre 1900 et 1906, aucune trace de Sitarane, on le retrouve à la Cafrine, écart de Saint-pierre en 1906. C'est là qu'il fait la rencontre de Saint-ange, un "guérisseur" du coin. Les deux compères se sont bien trouvés, ils deviennent amis.

Autour d'eux quelques personnes vont les aider dans leur entreprise, outre les conjointes et quelques proches, il y a aussi Fontaine, avec qui ils commettrons des crimes abominables.


Du cambriolage au crime indescriptible

La bande commença par de simples cambriolages, Saint-ange, le sorcier, préparait des poudres "magiques" pour endormir les chiens et les humains. Ces préparations étaient d'une efficacité remarquable, ils étaient alors capable de cambrioler une maison avec les propriétaires dormant profondément dans leur lit.

Malheureusement du vol ils sont passer très vite au meurtre ignoble. La légende dit qu'après avoir égorgés leurs victimes, les trois complices buvaient et recueillaient leur sang pour servir aux pratiques de sorcelleries de Saint-Ange. Je dis "légende" car ces faits n'ont pas été reconnus par les accusés lors du procès.


Trois crimes leur seront officiellement imputables.

La bande sera arrêtée en 1909. S'ensuit alors un long procès suivi de près par la population marquée par ces quelques années de terreur.

Le chef de clan, Saint-Ange fut condamné aux travaux forcées à perpétuité tandis que Sitarane et Fontaine furent condamnés à mort et guillotinés.

L'attitude cynique de Sitarane lors du procès ainsi que sa demande surprenante de se faire baptiser juste avant d'être guillotiné ont peut-être fait qu'aujourd'hui seul le nom de Sitarane demeure vivace dans l'histoire locale.


La tombe de Sitarane est à Saint-Pierre

D'ailleurs la tombe de Sitarane au cimetière de Saint-pierre est toujours fleurie, garnie de bougies, de verres de rhum et de cigarettes. C'est un lieux de culte pour la tradition sorcière de l'île de la Réunion, nombreux sont les jeteurs de sorts qui demandent l'aide diabolique de Sitarane...

Auteur : Pris